23/04/2014

Initiative AVIVO sur les tarifs TPG ou quand le mieux (des uns) est l’ennemi du bien (de tous les autres) : un non responsable!

Acceptez-vous l'initiative 146 «Stop aux hausses des tarifs des Transports publics genevois!»? Un NON responsable!


Considérant que le Conseil d’Etat avait arbitrairement et abusivement augmenté les tarifs des TPG, l’AVIVO a lancé à fin 2010 et déposé en février 2011 une initiative intitulée «Stop aux hausses des tarifs des Transports publics genevois». Avec trois objectifs principaux: inscrire les tarifs dans la loi et ainsi les rendre sujets à référendum, contrer les augmentations décrétées et réintroduire des tarifs préférentiels pour les retraités supprimés en 2004.

Sans états d’âme ni a priori politiques, c’est au terme d’une analyse objective des conséquences de l’initiative sur la mobilité régionale et nationale que le TCS recommande le rejet de cette initiative.

Vice de forme: on revote!

Le 3 mars 2013, cette initiative 146 a été acceptée par 56% des votants. Mais, porteuse d’imprécisions au sujet desquelles on s’est renvoyé la balle, elle a donné lieu à des retouches de la part du Conseil d’Etat «par souci de cohérence» et avec l’accord des initiants. Et, entachée d’un vice de forme sur la question du tarif junior «qui a pu tromper les citoyens», elle a suscité deux recours, dont l’un, émanant du Parti pirate, a été admis par la chambre administrative de la Cour de justice, l’autre étant écarté pour une question de délai. On va donc revoter le 18 mai après bien des convulsions quant à la forme et – ce qui nous intéresse davantage ici – les mêmes oppositions quant au fond.

Points noirs

Dans cette opposition le front est large, qui comprend, outre le gouvernement, toute la droite politique, ainsi que le parti socialiste et les Verts, qui ont ainsi l’occasion de démontrer à nouveau que ces propositions sont «dangereuses pour la mobilité genevoise aujourd’hui et demain».

  • Le risque global identifié par les opposants est la mise en place d’un mécanisme qui, en contrepartie d’une légère amélioration de l’offre pour les aînés, bloque et bloquera toute adaptation tarifaire permettant un développement favorable à la communauté des usagers.
  • Sur le plan financier, les quelque 24 millions de francs de recettes enlevés aux TPG devront évidemment être compensés par une augmentation de la subvention publique, sans autre bénéfice que le maintien des prestations actuelles. Pour continuer de développer l’offre, il faudra derechef aller puiser dans la poche des contribuables.
  • L’offre des TPG s’inscrit dans le cadre d’une communauté tarifaire régionale donnant accès à huit opérateurs avec un seul billet pour le Grand Genève. Demain, l’offre Unireso sera encore étendue, notamment au niveau national, facilitant le recours à un vaste maillage de transport en commun. S’attaquer aux tarifs des seuls TPG, c’est obliger ceux-ci à sortir de la communauté, sans bénéfice pour quiconque.
  • Cerise sur le gâteau, la suppression d’un  tarif préférentiel pour les jeunes de 18 à 25 ans risque de les renvoyer au transport privé, augmentant l’encombrement dû au trafic privé et pénalisant du même coup les recettes du transport public.

Irresponsable

Tout à son souci de donner des gages à son «électorat», l’AVIVO minimise ces critiques et confirme ses arguments: si les tarifs baissent, on aura moins de transport privé; l’augmentation du nombre d’usagers compensera partiellement les effets des réductions; si une modification des tarifs des TPG a une incidence sur la clé de répartition au sein d’Unireso, il n’y a qu’à s’adapter; et si le texte est finalement jugé imparfait et trop rigide, il suffira de modifier la loi…

En politique, le yaka est bien connu. En l’occurrence, il indique surtout une absence de sens des responsabilités. N’osant pas aller jusqu’à exiger la gratuité des transports en commun pour une catégorie d’usagers qu’elle défend plus particulièrement sur le dos de tous les contribuables des classes moyenne et supérieure, l’AVIVO minimise les conséquences de son texte et, en cas de refus, aura beau jeu de dénoncer les fossoyeurs des aînés défavorisés.


Publié dans Transports publics | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.