25/02/2015

Une phase critique dans le domaine du contrôle du stationnement

 

Lors de la prochaine assemblée générale de notre club, le 5 mars, en marge du Salon international de l’automobile, nous aurons l’occasion de faire le point sur l’avancement des travaux du CEVA et le développement de ce projet important pour la mobilité de la Genève de demain.

Dans l’actualité immédiate, vous êtes de plus en plus nombreux à nous alerter sur une phase critique dans le domaine du contrôle du stationnement, plus particulièrement en Ville de Genève et dans les communes couvertes par le Service du stationnement (SDS).

A l’origine, ce service avait pour but de s’assurer du respect de la loi. Mais de fil en aiguille, des objectifs ont été donnés aux agents (une dizaine de véhicules contrôlés par heure), le nombre d’amendes et leurs recettes ont été comparées d’année en année et une « tolérance zéro » a été décidée.

Cela suscite bien des interrogations. Quel est le but, par exemple et comme on le voit souvent, d’envoyer des agents dans des quartiers d’habitations le samedi matin à 8h. ? Le phénomène ne concerne d’ailleurs pas que le SDS. Certaines polices municipales, comme à Carouge, ne sont pas en reste. Les clients des restaurants en savent quelque chose …

Cette situation est d’autant plus problématique que, parallèlement, les autorités suppriment chaque année des places de stationnement. La loi, qui prévoit depuis 2012 une obligation de remplacer chaque place supprimée, n’est pas ou mal appliquée.

Nous nous positionnons dans tous les domaines de la mobilité et ainsi contre la suppression de places de stationnement et les amendes injustifiées.

Mais l’État également doit agir. On ne peut pas à la fois supprimer des places et vouloir encaisser toujours plus d’amendes de parcage. Il est temps de revenir au principe de la proportionnalité. Rappeler les objectifs est essentiel. La réussite de la politique de contrôle du stationnement ne se mesure pas au montant des amendes encaissées et aux tracasseries. La nouvelle constitution genevoise assigne d’autres buts beaucoup plus nobles à l’État.

Ne manquez pas de lire notre dossier sur ce sujet dans notre journal : www.tcsge.ch/journal

Publié dans Circulation et stationnement | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |

Commentaires

Comme vous l'avez d'ailleurs dit (en partie) plus haut, c'est de "faire du fric" et "d'emmerder les automobilistes" en même temps.

Écrit par : Mère-Grand | 25/02/2015

Les commentaires sont fermés.