25/05/2016

Les votations cantonale du 5 juin : NON à l'initiative 154, questions sur le contreprojet

Les trois sujets de mobilité au menu des prochaines votations cantonales sont la Traversée du lac, d’une part, et l’initiative 154 pour la priorité des transports publics et son contre-projet, d’autre part.

Le premier objet, soit la Traversée du lac détaillée dans ce numéro, nécessite absolument un OUI. À l’instar de toute ville importante, Genève a besoin de boucler un boulevard périphérique qui permettra de réaménager le centre, de diminuer les bouchons et de mettre fin aux temps d’attente lorsqu’il s’agit de passer d’une rive à l’autre.

Le second objet appelle un NON en ce qui concerne l’initiative 154 elle-même. S’agissant de son contre-projet, le TCS Genève n’émet pas de recommandation, mais soulève des interrogations.

L’IN154

L’initiative 154 pour la priorité des transports publics laisse entendre que pour avoir des transports publics plus rapides, la circulation routière devrait être aménagée afin de leur donner la priorité. Or là n’est pas le problème en ce qui concerne Genève.

Afin d’améliorer l’efficacité des transports publics, il conviendrait de revoir les flux de passagers aux arrêts du centre-ville lors des transbordements. De plus, le temps prioritaire accordé aux bus et aux trams aux carrefours devrait être adapté en temps réel afin d’améliorer la réactivité du système. Les détecteurs de files d’attente (caméras ou boucles d’induction) sont des technologies connues. Il existe des programmes de gestion des carrefours qui font varier la durée des feux en tenant compte de la situation concrète. La distance entre les arrêts est aussi une piste à approfondir. Enfin, le CEVA, soit le futur réseau ferroviaire Léman Express, apportera également une réponse.

N’étant pas propre à résoudre la situation et occultant des solutions à portée de main, l’initiative 154 doit être rejetée.

Que faut-il penser du contre-projet à l’IN 154?

Sans émettre de mot d’ordre, le TCS Genève soulève trois interrogations.

  1. Cohérence avec le corpus législatif existant

Outre le droit fédéral, la mobilité à Genève est régie par une quinzaine de lois et règlements qui s’articulent les uns avec les autres dans une mosaïque assez complexe. Or le texte soumis au vote n’en tient pas suffisamment compte. A titre d’exemple, la loi sur les routes prévoit une organisation — appelée hiérarchie — selon des axes. Il est prévu que le réseau routier primaire a pour fonction d’assurer des échanges fluides entre les différents secteurs de l’agglomération. Le secondaire doit permettre de relier des quartiers entre eux alors que le réseau routier de quartier dessert les habitants et les activités. Faute des aménagements nécessaires, l’obligation de fluidité n’est pas respectée aujourd’hui comme on le constate tous les jours! Mais le sera-t-elle plus avec le contre-projet, qui ajoute des zones aux axes, sans prévoir comment se règle l’opposition entre eux? Ainsi, dans la zone 1, destinée aux transports publics et à la mobilité douce, où il est prévu que l’accès aux véhicules privés est «restreint», qu’adviendra-t-il des routes du réseau primaire et du réseau secondaire? Comment la circulation sera-t-elle assurée?

  1. La délimitation des zones n’a pas été prévue

Les zones dont il est question ci-dessus ne sont pas délimitées dans le contre-projet. Son article 6 renvoie sur ce point à l’article 12 de la «loi sur la mobilité». Or cette loi n’a pas encore été adoptée par le Grand Conseil. Selon le projet actuel, elle donne la compétence au Conseil d’Etat d’établir des plans d’action et c’est dans ce cadre que le périmètre des zones devrait être défini. Selon le TCS, il n’est pas possible de se prononcer sur une loi instituant des zones lorsque celles-ci ne sont pas connues. De plus, est-il judicieux de donner la compétence au Conseil d’Etat d’établir une carte prévoyant des zones? Ne devrait-on pas donner cette responsabilité au Grand Conseil?

  1. La durée de stationnement dans les parkings publics en ouvrage est limitée à cinq heures

Sachant qu’une telle limitation de durée n’existe pas pour les parkings des grands centres commerciaux en France voisine, le TCS estime que l’on porte ici préjudice au commerce local. Il conviendrait de sauvegarder, pour les commerçants genevois, déjà impactés par la force du franc, de bonnes conditions cadre.

Les commentaires sont fermés.