29/10/2013

Le contournement de la vérité

 

Rarement lors d’une campagne les citoyens auront autant été aussi mal informés. Selon l’argumentaire du Conseil fédéral et de la majorité de la classe politique, les bénéfices engendrés par la hausse de la vignette autoroutière auraient un impact direct sur les automobilistes. Oui, mais lesquels ?

Justement aucun, pour ceux qui utilisent l’autoroute; ce que se garde bien de dire le gouvernement ! De futurs aménagements autoroutiers sont vaguement mis en avant, mais pas un sou de cet impôt déguisé, disons les choses par leur nom, n’irait au développement des infrastructures insuffisantes actuelles.

Le véritable enjeu du passage de la vignette à 100 francs, c’est l’entretien de 380 kilomètres de routes cantonales, qui passent sous la responsabilité de la Confédération. Or ces 380 kilomètres sont aujourd’hui entretenus par les cantons avec vos impôts. La hausse du prix de la vignette est donc clairement un impôt supplémentaire.

Si la volonté était réellement de faire diminuer les bouchons sur les axes autoroutiers, cela ferait longtemps que des mesures auraient été entreprises. Aujourd’hui, la vignette rapporte 300 millions. A cela s’ajoutent diverses taxes et surtaxes sur le carburant, engendrant une somme d’environ 9,5 milliards par an. Or seul un tiers de cette somme est affecté à la route. Avant d’augmenter les taxes, il est temps de repenser le financement des infrastructures routières et, comme le TCS l’exige, d’ancrer dans la Constitution fédérale un fonds d’infrastructure routière.

L’automobiliste éclairé votera donc NON à la hausse de la vignette autoroutière le 24 novembre.

 

 

Vignette NON 4.jpg

Publié dans Vignette autoroutière, Votations et initiatives | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |