30/08/2016

Appel au bon sens

Des mesures pragmatiques et de bon sens: voilà ce qu’attendent les usagers des transports à Genève, tous modes confondus. Or, que constate-t-on souvent ? Des chicaneries, des interdictions, des augmentations vertigineuses de prix ou encore des solutions compliquées, dont la mise en œuvre est ainsi retardée.

La Ville de Genève mérite la palme. Ces derniers temps, elle a réussi l’exploit d’interdire la présence des vélos en libre-service sur son domaine public (Velospot), de supprimer 66 places de stationnement de voitures sans création de places de remplacement et de s’opposer aux essais permettant aux deux-roues motorisés de rouler dans les voies de bus. Les deux premières tentatives ont heureusement été stoppées par des procédures judiciaires. Espérons qu’il en sera de même de la troisième!

Le TCS préconise que les mesures destinées à fluidifier la circulation soient pragmatiques et faciles à appliquer. Je vous invite à lire notre position en ce qui concerne ce sujet sensible des scooters dans les voies de bus. Les ondes vertes sont une autre bonne piste suivie par le DETA, mais elles restent encore insuffisamment mises en œuvre.

scooters voies de bus,amendes,émoluments,places de stationnement

Nous soutenons également la pétition qui invite le Procureur général à reconsidérer l’augmentation du tarif des contraventions. Décidée par lui seul l’année dernière, cette augmentation suscite de l’incompréhension et un sentiment d’injustice, car son fondement est inexpliqué. Avec les nouveaux émoluments qui s’ajoutent aux amendes envoyées par le Service des contraventions, la situation est devenue intenable. Ces émoluments sont en effet de 5 à 8 fois supérieurs à ceux d’avant 2014, malgré les gains de productivité de l’administration, lesquels auraient dû conduire à des baisses plutôt qu’à des hausses !

A l’inverse des décisions de certaines autorités, le résultat du vote du 5 juin dernier est très réjouissant et générateur d’espoir. La traversée du lac a en effet été plébiscitée par 62,8 % de la population. Ce score élevé oblige en particulier les élus, quel que soit leur parti, à choisir les meilleures options en vue d’une réalisation dans des délais raisonnables.

François Membrez, président

 

23/02/2016

Le vélo en libre-service simplifie la mobilité douce

Mise en oeuvre de Velospot Genève

Après une phase test d’environ 6 mois, la mise en service du vélo en libre-service VLS Velospot genevois s’est concrétisée sur le territoire de la ville de Meyrin en décembre 2015 avec l’installation de 17 stations et 50 vélos. Cette première phase s’est déroulée avec plusieurs mois d’avance sur le programme initial qui prévoyait une mise en service de Velospot en mai 2016. Et les abonnements sont désormais en vente depuis mi-janvier 2016, pour l’heure en zone meyrinoise.

Ce démarrage sera suivi très prochainement par l’installation de Velospot au Grand-Saconnex offrant 12 stations et 40 vélos, ainsi qu’à Prégny-Chambésy avec 4 stations et une quinzaine de vélos.

Dans la logique d’un déploiement sectoriel cohérent, c’est en mars et avril que plus de 70 stations seront mises en service par étapes, qui relieront progressivement Meyrin et le Grand-Saconnex à Genève, puis à Carouge. Cette offre sera complétée d’ici au 1er mai par l’exploitation commerciale de Velsopot dans quatre autres communes offrant 30 stations et une centaine de vélos.

Dans le courant avril, les flottes passeront de l’exploitation hivernale à celle standard, nettement plus intense en termes de volume de location, ce qui impliquera une adjonction d’environ 450 vélos supplémentaires dans les stations déployées.

L’offre de base mentionnée ci-dessus sera complétée dans le courant du premier semestre 2016 par de nombreuses stations et vélos. Ces équipements seront installés, mis en œuvre et exploités avec le soutien de partenaires privés de Velospot (entreprises, commerces, etc.).
D’ici l’été 2016, le réseau Velospot comptera donc plus de 1000 vélos disponibles sur le territoire d’une quinzaine de communes de l’agglomération genevoise.

Interview de Paul-André Sarrasin, directeur d'Intermobility (concepteur de Velospot)

Velospot, c’est quoi ?
Velospot est un système automatisé de location de vélos en libre-service (VLS) qui permet aux utilisateurs d’emprunter un vélo dans une station et de le rendre dans une autre station de leur choix. Ils peuvent ainsi emprunter un vélo, au moment où ils en ont besoin, afin de circuler en ville, et de l’associer si nécessaire à d’autres moyens de transport. À l’origine, le système Velospot a été développé sous la direction du Département de l’urbanisme de la ville de Bienne, en collaboration avec des partenaires régionaux. Ce système a reçu le Prix climatique suisse 2014 ainsi que la récompense pour des infrastructures cyclistes d’avenir de Pro-Vélo en 2012.
Comment les stations de vélos sont-elles équipées ?
Le principe de base de Velospot est à la fois simple et novateur : les vélos ne sont pas physiquement attachés à la station de prêt, mais communiquent sans fil avec elle. Mise à part cette innovation, la solution s’utilise comme les autres systèmes modernes de vélos en libre-service : l’utilisateur s’inscrit au service et accède aux vélos à l’aide d’une carte RFID ou de son smartphone, tandis que le serveur central contrôle les opérations de prêt et les enregistre.
Si les vélos ne sont pas attachés, comment reconnaît-on une station ?
Les stations d’emprunt sont matérialisées par une signalisation adéquate (un cube fixé à un support métallique, sticker Velospot apposé sur une vitrine, etc.). Les stations communiquent avec ces vélos équipés de cadenas intelligents permettant aux usagers une utilisation simple et intuitive du dispositif. La flexibilité du système permet l’intégration des stations sur des parkings ou des abris vélos déjà existants. Le point de stationnement accueille ainsi des vélos privés et des cycles Velospot.
Quelle est la durée de location des vélos ?
Velospot a été conçu pour les locations de courte durée en zones urbaines. Objectif : favoriser le partage optimal de chacun des vélos mis à disposition des utilisateurs. L’abonnement annuel permet d’utiliser « à volonté » les vélos du réseau. Tout emprunt inférieur à 30 minutes s’effectue sans surcoût ; au-delà, chaque demi-heure supplémentaire est facturée. Des abonnements journaliers sont également disponibles.
Comment accède-t-on à un vélo ?
Le système de verrouillage de Velospot fonctionne, comme pour un cadenas classique, par blocage de la roue arrière. Son fonctionnement est intuitif et très simple. Première étape : activez le cadenas en pressant sur le bouton blanc muni du sigle « Power ». Deuxième étape : tendez votre carte RFID ou votre smartphone : le cadenas se déverrouille. Pour utiliser le smartphone, il est nécessaire de télécharger l’App Velospot et de s’inscrire. Le cadenas est entièrement fabriqué par des entreprises suisses, d’où le label «Swiss Made».
Et pour reposer le vélo après l’avoir utilisé ?
Un nombre illimité d’utilisateurs peuvent emprunter un vélo au même moment, sans devoir, comme dans d’autres systèmes, s’enregistrer ou s’annoncer auprès d’une borne centrale. De plus, le système sans borne développé permet en tout temps à l’usager de restituer le vélo aux stations
Le cadenas intégré au vélo permet à l’usager de verrouiller son cycle durant une course. L’utilisateur peut ainsi s’assurer une disponibilité totale du vélo lors d’une brève halte (par exemple lors d’un achat) puisque seule la carte ou le smartphone ayant servi à cadenasser le cycle pourra le déverrouiller (hors station).
Le système Velospot est-il flexible ?
Les stations d’emprunt peuvent être installées, démontées ou déplacées très rapidement et sans investissement conséquent. Cette particularité permet de mettre en place des stations provisoires, par exemple à l’occasion d’événements, d’expositions et de manifestations saisonnières.
Qu’en est-il de la densité des stations ?
Les frais limités liés aux stations d’emprunt et l’aspect minimaliste de l’infrastructure du système permettent la construction d’un réseau dense afin que les utilisateurs puissent disposer d’une offre VLS étendue, au plus proche de leurs besoins.
Quelles sont les villes qui ont adopté Velospot ?
Actuellement Velospot est implémenté à Bienne, Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds, Le Locle, Thoune, Vevey Riviera et Locarno. C’est clairement le système qui s’est développé le plus rapidement en Suisse au cours des deux dernières années.
Et à Genève ?
Une phase-test comprenant 8 stations a été initiée en mai 2015 et a permis à certains genevois la découverte des bicyclettes rouges équipant les flottes Velospot. Cette phase a pris fin en décembre 2015 avec l’implantation de 17 stations et 50 cycles sur la commune de Meyrin. Plusieurs autres communes ont déjà manifesté leur intérêt : le Grand-Saconnex vient de se décider et 12 vélos-stations seront installées très prochainement, de même qu’à Prégny-Chambésy. En revanche, la Ville de Genève s’oppose pour l’heure au déploiement de stations Velospot ! Mais une procédure juridique est en cours et notre intention est d’équiper une dizaine de communes genevoises d’au moins 125 stations et 1'100 cycles d’ici le printemps 2016.
Le projet a-t-il un volet social ?
L’exploitation des réseaux Velospot est assurée par des entreprises sociales locales qui sont chargées des missions suivantes : gestion de la flotte, entretien et réparation, administration et service après-vente. Toutes ces tâches sont prises en charge avec succès par des personnes en situation de chômage de longue durée ou en situation précaire qui, grâce à Velospot, enrichissent leur expérience tout en rendant service à la population.

Velospot

Avantage membre TCS

La prestation Velospot est disponible sous forme d’abonnement annuel (principalement pour les résidents et les pendulaires) ou à la journée (pour les visites ponctuelles à Genève).

L’abonnement annuel coûte 80 fr. (+10 fr. de frais de mise en service de la carte, coût unique), pour un nombre illimité d’utilisations. Les premières 30 minutes d’utilisation sont gratuites. Et il est tout à fait possible d’utiliser Velospost plusieurs fois par jour sans surcoût, aussi longtemps que chaque utilisation reste inférieure à une demi-heure, le but étant de remettre le vélo à disposition d’autres usagers quand il n’est pas utilisé. Au-delà de 30 minutes consécutives d’utilisation, un supplément de 2 fr. par tranche de 30 minutes supplémentaires est facturé, mais au maximum 20 fr. par jour.

La carte journalière est vendue au prix de 10 fr. Une copie de la pièce d’identité ainsi qu’une caution de 150 fr.- (restituée au retour de la carte) sont dans ce cas demandées (empreinte de la carte de crédit ou dépôt en liquide).

Les membres TCS bénéficient d’un rabais de 20 fr. sur l’abonnement annuel, qui dans ce cas revient à 60 fr. seulement (+10 fr. de frais de mise en service de la carte, coût unique).
Le moyen le plus simple pour acquérir un abonnement Velospot est de s’inscrire directement sur le site www.velospot.ch. Il est également possible de le faire à l’accueil du Centre technique du TCS Genève, 212 Route de Meyrin, 1217 Meyrin (entre la Halle aux Chaussures et le garage BMW Facchinetti). D’autres points de vente seront bientôt disponibles.

Publié dans Cyclistes et piétons, Velospot | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

28/05/2015

Le « Vélib' » débarque enfin à Genève

Enfin ! Tout vient à point pour qui sait attendre. Intermobility - une société biennoise qui a déjà fait ses preuves notamment à Bienne, Neuchâtel et Thoune - a annoncé conjointement avec TCS Genève le lancement de la phase test d'un projet de vélos en libre-service à Genève. Le déploiement complet du dispositif sera achevé au printemps 2016. Il comptera au minimum 1'100 vélos et 125 vélos-stations, répartis sur les villes de Genève, Carouge, Lancy, Onex, Meyrin et Vernier.

Les deux partenaires ont ainsi annoncé le démarrage au 1er juin 2015 du projet de vélo en libre-service sur le territoire genevois. Le déploiement de cette opération se fera en trois étapes. La première étape, dite de démonstration et prévue jusqu'à fin octobre, se caractérise par l'installation de 7 à 10 vélos-stations et la mise en service de 35 à 50 vélos. La seconde étape, dite de calibrage, prévue entre le 1er novembre et le 31 janvier 2016, verra l'installation de 40 à 50 vélos-stations et la mise en service de 200 à 250 vélos. Enfin, la dernière étape sera celle de la mise en œuvre complète, qui s'étalera du 1er février au 30 avril avec le déploiement de 125 vélos-stations et la mise en service de 1'100 vélos.

Le concept développé par la société biennoise repose sur une technologie permettant une installation rapide et légère des vélos-stations. Dès lors, la mise en œuvre de l'infrastructure ne nécessite pas de travaux particuliers. L'utilisation de places de stationnement sur les domaines publics ou privés est donc facilitée. «Bon marché, le système permet une densité des stations, un écart de 300 mètres entre elles étant l’objectif idéal», a expliqué François Kuonen patron d'Intermobility.

Le projet, qui s'appuie sur des partenaires et des fonds privés, est assuré jusqu'à fin 2018. Les deux tiers du budget sont déjà acquis. Le solde du financement sera notamment couvert par les abonnements des usagers et autres recettes d’exploitation. L'abonnement annuel est prévu à 80 francs, tandis que le prix des forfaits mensuels et journaliers est encore à l'étude.

tcs,vélo,intermobility,politique,libre-service,geneveL'exploitation (notamment l'entretien et l'équilibrage de la flotte de vélos) sera assurée par une ou plusieurs associations genevoises à but social.

Le vélo est fabriqué par le fournisseur officiel de vélo pour l'armée suisse. Il a été spécifiquement conçu en vue d’être intégré à un système de vélos en libre-service multi-utilisateurs : robuste, il nécessite peu d’entretien et présente un design aussi original qu’attrayant.

Face aux atermoiements des pouvoirs publics genevois, Intermobility et TCS Genève démontrent qu'il est possible de réaliser un réseau de vélos en libre-service à Genève en tenant compte de la demande des utilisateurs. Comme l'a rappelé François Membrez, président de la section genevoise du TCS, « un financement privé évitera les blocages politiques ». D'autant qu'il existe « un vrai besoin dans une ville internationale comme Genève », a-t-il conclu.

 

Publié dans Cyclistes et piétons, Velospot | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |